Le Chêne à Médeau

À la frontière des communes de Chambon et Puyravault _mais situé sur cette dernière_ se trouve l'un des "Arbres remarquables de la Charente-Maritime" décrit dans l'ouvrage du même nom, édité par Nature Environnement 17.

Photo Véronique Pipet

Voici ce qu'en écrivent les auteurs du livre :

1792... Partout, les biens de l'Eglise sont mis en vente...

Dans les environs de Puyravault vit la famille Médeau, qui se porte acquéreur de terres sur lesquelles pousse un chêne sessile. Cet arbre est conservé, peut-être comme témoin de l'ère nouvelle qui débute...

Est-ce de cette époque que lui vient son nom, ou lui fut-il attribué plus tard, au cours des deux siècles durant lesquels arbre et terres demeurèrent propriété de la même famille ?

Au cours de la dernière guerre, ce chêne faillit disparaître : on raconte, en effet, que, lors d'un bombardement, deux obus sont tombés dans l'arbre, sans exploser. Ils y seraient restés, engloutis par le chêne...

Avec son tronc court, trapu, bossu et ses branches largement étalées qui se divisent en rameaux tortueux, il ne ressemble guère à l'archétype de son espèce ! Mais tel quel, il est superbe.

Et dans ce paysage de vastes cultures, où les arbres isolés sont rares, on ne voit que lui, malgré ses proportions plutôt modestes : 13 m de hauteur et 4,40 m de circonférence, c'est encore loin de la taille maximale à laquelle il peut prétendre ! Il devrait vivre encore bien des années, et réjouir tous les promeneurs à qui il dispense son ombrage...

Arbres remarquables de la Charente-Maritime F. Bastel, L. Bonnin, G. Chezeau, I. Delavaud, S. Seguin, S.Varache, C. You Éd. NATURE ENVIRONNEMENT 17 (Société d'Étude et de Protection de la Nature en Aunis et Saintonge)

Sa taille "plutôt modeste" lui a peut-être permis d'échapper aux ravages de la tempête de décembre 1999. Néanmoins, de nombreuses branches mortes (dont une à terre sur la photo) témoignent d'une santé incertaine.

Haut de page